Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les Butineurs du Val de Bièvre

Une abeille des sables : l'abeille à culotte

25 Juillet 2013 , Rédigé par Dan

La richesse biologique du site des Hautes Bruyères n'en finit pas de nous étonner.

Cette fois c'est une abeille sauvage et solitaire qui nous interpelle. Elle vit en bourgade. Des centaine de terriers ont fait leur apparition en cette fin de mois de juillet.(environ 300)

 

Un lecteur nous informe qu'il s'agit d'un hyménoptère du genre Mélittidae ; une sous famille des halictus. Son nom est dasypoda hirtipes, l'abeille à culotte.

 

 

les taches les plus claires sont des monticules de sable déposé à la sortie du nid.

les taches les plus claires sont des monticules de sable déposé à la sortie du nid.

Les brosses à pollen des pattes postérieures sont remarquables. Les plus développés de la sous-famille des mélittinés. Nous somme fin juillet et l'activité semble plus importante que d'habitude.Inlassablement l'insecte remonte du sable qu'il dépose à l'entrée du trou.

Les brosses à pollen des pattes postérieures sont remarquables. Les plus développés de la sous-famille des mélittinés. Nous somme fin juillet et l'activité semble plus importante que d'habitude.Inlassablement l'insecte remonte du sable qu'il dépose à l'entrée du trou.

L'hyménoptère est méfiant et ne se laisse pas observer ni photographier de trop près. Un peu à la manière des grillons des champs il rentre avec précipitation dans le trou. La galerie principale s'enfonce de 20 à 30 cm dans le sol.

L'hyménoptère est méfiant et ne se laisse pas observer ni photographier de trop près. Un peu à la manière des grillons des champs il rentre avec précipitation dans le trou. La galerie principale s'enfonce de 20 à 30 cm dans le sol.

La période de vol se situe de juillet à septembre.Elles affectionnent strictement les habitats sableux, les sols compacts trop riches en limons ou argiles ne lui conviennent pas...Cette espèce ne semble pas menacée au niveau de la France mais sur certains territoires on la voie moins.

La période de vol se situe de juillet à septembre.Elles affectionnent strictement les habitats sableux, les sols compacts trop riches en limons ou argiles ne lui conviennent pas...Cette espèce ne semble pas menacée au niveau de la France mais sur certains territoires on la voie moins.

Notre lecteur inconnu nous dit " Cette espèce est oligolectique sur astéracées liguliflores (souvent jaune mais aussi les Cychorium bleues)". Traduction : elles butinent essentiellement le nectar et le pollen sur les composées (Astéracées). C'est donc une abeille spécialisée sur un type de fleur très précis. Dans notre cas il s'agit davantage de composées avec les fleurs possédant une corolle développée vers l'extérieur du capitule en une languette colorée en jaune ou en bleue.On pense immédiatement aux sénéçons, aux picris (jaune) ou encore à la chicorée sauvage(bleue).Merci à notre informateur nous allons continuer notre enquête avec beaucoup d'intérêt.Désormais nous savons où chercher ! Pour en savoir plus sur les Dasypoda : http://zoologie.umh.ac.be/hymenoptera/page.asp?id=195

Notre lecteur inconnu nous dit " Cette espèce est oligolectique sur astéracées liguliflores (souvent jaune mais aussi les Cychorium bleues)". Traduction : elles butinent essentiellement le nectar et le pollen sur les composées (Astéracées). C'est donc une abeille spécialisée sur un type de fleur très précis. Dans notre cas il s'agit davantage de composées avec les fleurs possédant une corolle développée vers l'extérieur du capitule en une languette colorée en jaune ou en bleue.On pense immédiatement aux sénéçons, aux picris (jaune) ou encore à la chicorée sauvage(bleue).Merci à notre informateur nous allons continuer notre enquête avec beaucoup d'intérêt.Désormais nous savons où chercher ! Pour en savoir plus sur les Dasypoda : http://zoologie.umh.ac.be/hymenoptera/page.asp?id=195

Lire la suite

Ressources et nourrissage aux HB

12 Juillet 2013 , Rédigé par Dan

L'hypolaïs polyglotte est un oiseau migrateur. Durant le printemps nous n'avions pas remarqué sa présence. Il a sans doute été attiré par l'émergence d'une ressource alimentaire générée par la gestion différenciée des parcelles. Mais aussi par les haies denses qui les ferment ce qui procure une protection aux jeunes en nourrissage.

L'hypolaïs polyglotte. Un imature se faisant nourrir par les parents.

L'hypolaïs polyglotte. Un imature se faisant nourrir par les parents.

Le nourrissage du jeune est à bases d'insectes en tout genre. Ici une jeune sauterelle (forme larvaire). En effet les orthoptères font leur apparition dans les parcelles depuis le début de l'été .Ces espaces s'apparentent à des prairies herbeuses. Elles n'ont pas été fauchées depuis le mois de mai. La combinaison herbes hautes, haies denses,et l'absence de piétinement aboutit à la formation d'un véritable écosystème favorable à la diversité.

Jeunes sauterelles vertes de la famille des tettigoniidae et criquet.
Jeunes sauterelles vertes de la famille des tettigoniidae et criquet.

Jeunes sauterelles vertes de la famille des tettigoniidae et criquet.

Un cortège d'orthoptères (sauterelles et criquets) retrouve un espace idéal pour proliférer dans ces hautes herbes. Cette ressource inespérée attire pour le coup des passereaux à la recherche de protéines. Une fauche prématurée aurait des conséquences dommageables sur cet équilibre. Les Butineurs envisagent de réaliser un inventaire orthoptère dans ces parcelles durant l'été pour mieux cerner les taxons qui occupent cet espace. Les sauterelles, criquets et grillons font aussi partie de ces insectes fragiles qui nous renseignent sur la qualité de notre environnement.

Fauvette grisette sur son perchoir au-dessus des haies.

Fauvette grisette sur son perchoir au-dessus des haies.

Pour résumer, à ce stade de la saison, on remarque déjà dans ce site la prédominance de passereaux de la famille des sylvidées. Dans cette famille il y a la sous-famille sylvia avec la fauvette à tête noire, la fauvette grisette, et la fauvette des jardins.

La sous-famille phylloscopus avec le pouillot véloce, le pouillot fitis, l'hypolaïs ictérine et enfin le roitelet huppé.

Cette famille de sylvidée a la caractéristique de vivre dans un biotope de haies denses et d'herbes hautes. Un écosystème à maintenir.

Lire la suite