Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les Butineurs du Val de Bièvre

Couleurs de chantier

6 Septembre 2019 , Rédigé par Dan Failler pour les Textes, photos et dessins

Le rythme d'artificialisation actuel est en augmentation : 20 000 hectares par an  en 2030 si rien n'est fait.(www.stratégie .gouv.fr)
Le rythme d'artificialisation actuel est en augmentation : 20 000 hectares par an  en 2030 si rien n'est fait.(www.stratégie .gouv.fr)
Le rythme d'artificialisation actuel est en augmentation : 20 000 hectares par an  en 2030 si rien n'est fait.(www.stratégie .gouv.fr)
Le rythme d'artificialisation actuel est en augmentation : 20 000 hectares par an  en 2030 si rien n'est fait.(www.stratégie .gouv.fr)
Le rythme d'artificialisation actuel est en augmentation : 20 000 hectares par an  en 2030 si rien n'est fait.(www.stratégie .gouv.fr)
Le rythme d'artificialisation actuel est en augmentation : 20 000 hectares par an  en 2030 si rien n'est fait.(www.stratégie .gouv.fr)
Le rythme d'artificialisation actuel est en augmentation : 20 000 hectares par an  en 2030 si rien n'est fait.(www.stratégie .gouv.fr)
Le rythme d'artificialisation actuel est en augmentation : 20 000 hectares par an  en 2030 si rien n'est fait.(www.stratégie .gouv.fr)
Le rythme d'artificialisation actuel est en augmentation : 20 000 hectares par an  en 2030 si rien n'est fait.(www.stratégie .gouv.fr)
Le rythme d'artificialisation actuel est en augmentation : 20 000 hectares par an  en 2030 si rien n'est fait.(www.stratégie .gouv.fr)
Le rythme d'artificialisation actuel est en augmentation : 20 000 hectares par an  en 2030 si rien n'est fait.(www.stratégie .gouv.fr)
Le rythme d'artificialisation actuel est en augmentation : 20 000 hectares par an  en 2030 si rien n'est fait.(www.stratégie .gouv.fr)

Le rythme d'artificialisation actuel est en augmentation : 20 000 hectares par an en 2030 si rien n'est fait.(www.stratégie .gouv.fr)

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article